Comment éviter les sanctions lors de la facturation entre entreprises ?

Comment éviter les sanctions lors de la facturation entre entreprises ?

Facturer un client est une pratique courante pour toutes les entreprises, mais peut s’avérer risquée si elle n’est pas faite de manière correcte. La Loi impose en effet certaines mentions obligatoires sur chaque facture et n’importe quelle anomalie dans leur contenu peut être sanctionnée par des amendes importantes. Quelles sont ces obligations à respecter ? Comment éviter les contrôles et leurs conséquences fiscales ? Dans cet article, vous trouverez l’information essentielle à connaître pour la facturation entre entreprises et comment être vigilant afin d’éviter les sanctions.

Facturer un client est une pratique courante pour toutes les entreprises, mais peut s’avérer risquée si elle n’est pas faite de manière correcte. La Loi impose en effet certaines mentions obligatoires sur chaque facture et n’importe quelle anomalie dans leur contenu peut être sanctionnée par des amendes importantes. Quelles sont ces obligations à respecter ? Comment éviter les contrôles et leurs conséquences fiscales ? Dans cet article, vous trouverez l’information essentielle à connaître pour la facturation entre entreprises et comment être vigilant afin d’éviter les sanctions.

A lire en complément : Comment obtenir le financement de votre entreprise : Business Angels, Crowdfunding et Microcrédit

Les mentions obligatoires sur une facture

Une facture est un élément de preuve d’une opération commerciale. Pour être valable, elle doit comprendre des renseignements à mentionner obligatoirement selon la loi en vigueur, sous peine d’amende.

Les informations relatives au vendeur et à l’acheteur

Les informations relatives aux deux parties impliquées dans la vente doivent figurer sur la facture. Ces informations comprennent : le nom et l’adresse du vendeur, le numéro de TVA intracommunautaire (si applicables), le numéro Siret (pour les entreprises) ou NIR (pour particularité) et l’adresse du client.

Sujet a lire : Comment obtenir le financement de votre entreprise : Business Angels, Crowdfunding et Microcrédit

Le détail des prestations ou des produits vendus

Le vendeur doit indiquer sur la facture un descriptif précis ainsi que le prix unitaire et total de chaque produit ou prestation fournie. Il doit également mentionner le taux applicable pour le service fourni et ceux des taxes si celles-ci sont appliqués.

Le montant total de la vente et les éventuelles taxes appliquées

Le montant total payé par l’acheteur doit clairement apparaître sur la facture, y compris les taxes supplémentaires qui serontient appliquées à cette opération commerciale.

Les modalités de paiement

La facture doit également indiquer les modalités de paiement convenues entre le vendeur et l’acheteur; ceci inclut les dates limites du paiement et tout autre termes que les parties ont acceptées.

Les éventuelles conditions de vente

Toute condition particulière imposée par le vendeur à l’acheteur concernant la prestation fournie devrait être mentionnée sur la facture; comme par exemple un délai maximum de réclamation, une garantie, etc.

 

Les sanctions encourues en cas de non-respect des obligations de facturation

Les amendes encourues en cas d’omission de mentions obligatoires

Lorsqu’une entreprise manque d’inclure une ou plusieurs des mentions obligatoires demandées par la loi, cela constitue une faute grave passible d’amende administrative qui va jusqu’à 3000 €. En plus des sanctions administratives, certaines infractions au code fiscal peuvent également être sanctionnées pénalement : soit avec une amende, soit avec une peine de prison.

Les conséquences fiscales pour le vendeur et l’acheteur

Ne pas respecter les obligations de facturation peut avoir des conséquences fiscales graves, dans certains cas. Le non-respect du délai de paiement ou la non inclusion de certaines mentions obligatoires sur la facture peut entrainer l’accusation pour fraude fiscale.

Les risques liés à la non-conformité des factures en cas de contrôle fiscal

En cas de contrôle fiscal, une facture ne répondant pas aux critères requis peut entrainer des remises en question sur l’exactitude des documents comptables et donc, provoquer des redressements fiscaux supplémentaires.

 

La généralisation progressive de la facturation électronique entre entreprises assujetties à la TVA à partir de 2024

Le gouvernement français s’apprête à imposer progressivement un système de facturation électronique entre entreprises assujetties à la TVA afin de simplifier les procédures administratives et améliorer la sécurité juridique. Cette mesure sera mise en place dès 2024 pour toutes les opérations effectuées au sein des pays membres de l’Union européenne et ceux signataires du traité bilatéral franco-allemand.

Les avantages et inconvénients de la facturationélectronique

La facturation électronique apporte plusieurs avantages : elle permet une communication rapide entre le vendeur et l’acheteur ; elle facilite les processus internes d’une organisation ; elle réduit les erreurs ; elle permet un archivage facile des données tout en offrant une traçabilité totale des opérations effectuées. Cependant, on observe également quelques inconvénients tels que le coût initial lié à sa mise en place et à son utilisation quotidienne, ainsi que les difficultés rencontrées pour trouver un logiciel fiable et adapté aux besoins.

Dans tous les cas, il est important que chaque prestation soit documentée correctement pour pouvoir bien réunir toutes les informations nécessaires à la facturation.

Les étapes pour mettre en place la facturation électronique

Pour passer à une facture électronique, plusieurs étapes doivent être respectées :

  • Choisir un système de preuve qui remplisse les exigences légales et techniques.
  • Suivre le processus de mise en place de ce système et s’assurer qu’il est correctement installé et configuré.
  • Vérifier que le logiciel est conforme aux standards de facturation européens.
  • Mettre en place des règles internes pour assurer le suivi des processus du système.

Les sources d’informations et les ressources disponibles sur le sujet

Le site impots. gouv.

fr propose des fiches pédagogiques très pratiques pour comprendre les obligations liées à la facturation entre entreprises et apprendre comment mettre en place une solution de facturation électronique. En outre, il existe des experts dans ce domaine qui peuvent aider les entreprises à se familiariser avec cette nouvelle façon de gérer leurs opérations commerciales. De plus, la formation continue est encouragée afin de garantir la bonne application des règles comptables et fiscales.

En conclusion, il est important pour tous les professionnels qui souhaitent bien gérer leurs activités commerciales, de connaître les mentions obligatoires lors de la rédaction d’une facture, ainsi que les sanctions encourues en cas de manquements, mais aussi l’opportunité offerte par la généralisation progressive de la facturation électronique.

Les commentaires sont fermés.
© 2023. Tous droits réservés.